icon
icon
icon
icon
icon
Accueil  |   (+226) 50 31 00 22 - 76 01 45 11

Immersion en pays Lobi et Sénoufo
Pousser les portes du monde animiste et des paysages pittoresques

  •  

    Gaoua, ville capitale de la région du Sud-ouest est également la plaque tournante de cette contrée touristique du Burkina Faso. A quelques encablures, la ville de Diébougou offre aux visiteurs un site exceptionnellement conservé, un vestige de la pénétration française en pays Lobi. « La guerre dinguè » (littéralement traduit trou de la guerre) est une véritable forteresse creusée sur contrainte du colon par les populations dans un massif latéritique pour abriter le régiment militaire.

    Plus loin, à Dolo, village traditionnel typique Djan qui garder sa richesse culturelle ; rencontre avec le féticheur qui communique avec les morts vous fera partager l'entrevu avec ses ancêtres au rythme des grelots et sonnettes.

    L'habitat en pays lobi est une création artistique et fonctionnelle. C'est le Soukala. Le village de Sasanana en est une illustration parfaite. Les soukala sont de véritables forteresses construites en banco avec une architecture originale qui incluant meurtrières en cas d'attaques et des toits en terrasse. Un seul soukala peut abriter des familles de plusieurs générations coiffées par un patriarche.

    Autre curiosité architecturale, le sanctuaire des rois  Gan de Obiré et les ruines de Loropéni. Le sanctuaire Gan contraste d’avec les pratiques sépulcrales des populations environnantes car il est fait de maisonnettes où sont entreposé des statuettes représentants les ancêtres partis.
    Classées Patrimoine mondiale en 2008, les Ruines de Loropéni est le premier site burkinabè à recevoir cette distinction. C'est une bâtisse gigantesque qui n'a pas fini de dévoiler ses trésors. Fortification militaire ou centre de transit sur la route du sel et de la cola, les ruines de Loropéni émerveillent par la rectitude des angles et l'agencement de ses moellons. Vous serez captivé par l'ambiance des lieux avec la végétation qui semble prendre le dessus sur la pierre.

    Les peuples du Sud-ouest manient l'art avec doigté. Utilitaire, religieux ou décoratif les produits artisanaux sont diversifiés dans la région. La marque de fabrique est sans conteste la sculpture sur bois, la poterie et la vannerie. Un séjour dans l'ambiance d'une famille d'accueil du village de Sitiéna et vous serez initié à modeler et faire danser la motte de terre sur la tour du potier traditionnel. Si vous préférez la vannerie, vous irez avec les braves femmes de Sitiéna dans leur atelier de vannerie situé 3 mètre sous terre. Dans cette antre qu'elles se sont creusées, elles travaillent à tisser vans, Corbeilles et nattes colorées à l'abri du vent et du soleil qui sèche et détériore rapidement leur ouvrage.

  •  

    Et pour contempler mère-nature et vivre des sensations fortes, quoi de plus agréable que de mettre le cap sur Tingrela afin de glisser avec une barque sur son lac peuplé d'hippopotames ! Le soir approchant, vous verrez s'ébattre une multitude d'oiseaux migrateurs dans les marécages d'où exhale le lourd parfum des nénuphars.

    Au levé du soleil, sur les dômes de Fabédougou ou les pics de Sindou vous admirerez leurs formes de cathédrales. C'est, pour les natifs, le territoire des djins. Et pour vous rafraichir de la montée sur ces colosses de grès, un plongeon dans les cascades de Karfiguela à un jet de pierre est une bonne option. Vous y accéderez par une allée bordée d'impressionnants manguiers centenaires.

    Et pour jauger modernisme et culture, un séjour dans la cosmopolite ville de Bobo-Dioulasso vous donnera le ton. Là cohabite battisses moderne et quartier traditionnel avec la vielle cité de Dioulassoba et sa mosquée contemporaine aux grandes razzia du célèbre Samory Touré et ses Sofa. Les nuits à Bobo-dioulasso sont rythmées des timbres de Djémbé et de balafon dans une ambiance conviviale.

    Sur la route du retour, une halte à Koro vous dégourdira les jambes. Ce village à la particularité de se situer sur le sommet d'une colline de granit. Bravant l'impressionnant dénivelé, la population de Koro vie pratiquement recluse sur cet espace que jugera hostile le premier passant. Ce sacrifice pourtant les a mis à l'abri de l'ennemi au moment des grandes razzias et de la pénétration coloniale. Vous y verrez greniers et chambres habilement aménagés. 

    S'immerger dans le pays Lobi et Sénoufo c'est prendre rendez-vous avec l'inédit, le spectaculaire et l'ingéniosité indigène. 

    Nb: au delà des sites évoques, vous pouvez demander a voir:

    le village de niassogonie,
.